Les filtres contre les particules fines de taille PM1

Les particules fines de taille PM1 : Les particules les plus dangereuses

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) , a publié un nouveau constat alarmant concernant la pollution de l’air en ville. L’OMS affirme que la mauvaise qualité de l’air tue des millions de personnes dans le monde et menace de submerger les services de santé.

Un taux élevé de particules fines dans l’air est facteur de risques sanitaires, variant d’une simple toux irritante à un accident vasculaire cérébral (AVC) ou à une crise cardiaque. Aujourd’hui, la pollution de l’air est de  loin le plus grand risque environnemental pour la santé publique.

 

Particules fines

Les particules fines sont l’une des principales formes de pollution de l’air créée par la combustion des combustibles fossiles et le traitement des tissus industriels. Elles sont émises directement dans l’atmosphère par un nombre élevé de sources anthropiques et naturelles. Il s’agit par exemple des particules minérales résultant de l’érosion de sols, du sable d’origine désertique. Les particules peuvent être formées dans l’atmosphère à partir de substances organiques gazeuses telles que le dioxyde de soufre, l’oxyde d’azote, l’ammoniaque et le méthane. Elles proviennent du chauffage domestique, des particules émises directement par la combustion des carburants automobiles etc.

Les différents types de particules fines

Dans le cadre de la pollution atmosphérique, on distingue 3 classes de particules : Les particules fines PM10 ( 0.01 mm), les particules fines PM2.5 (0,0025 mm) et les particules fines PM1 ( 0,001mm) qui sont les particules les plus dangereuses. L’inhalation de ces particules ont des effets différents selon les personnes.

Les particules fines PM10

Ce sont les particules ayant un diamètre aérodynamique inférieur à 10 microns. Ces particules sont souvent appelées «particules grossières». Elles sont issues du trafic routier, de l’usure de la chaussée, et sont formées par combustion. Selon leur taille, ces particules restent dans les poumons.

Les particules fines PM2,5

Ce sont les particules qui ont un diamètre aérodynamique inférieur à 2,5 micromètres. Une grande partie d’entre elles résulte des activités polluantes (moteurs diesel, suies, particules issues de la transformation chimique des gaz polluants en nitrates et sulfates, déchets de la combustion). Ces particules peuvent atteindre les alvéoles pulmonaires.

Les particules fines PM1

Les particules dont le diamètre est inférieur à 0,1 micromètre, appelées « particules ultrafines » ou « nanoparticules ». Les particules ultra fines sont les plus dangereuses car elles peuvent passer la barrière alvéolo-capillaire et pénétrer directement dans les poumons par la circulation sanguine et se propagent ainsi aux organes.

Comment se protéger contre les particules fines PM1 ? 

Un air mal filtré, laisse pénétrer une grande quantité de particules fines, dangereuses pour le système cardiovasculaire. A cette pollution s’ajoute la pollution déjà présente à l’intérieur des bâtiments, aggravant la qualité d’air intérieur. Combinée à la pollution déjà présente à l’intérieur des bâtiments, la qualité de l’air intérieur tombera à des niveaux si malsains que l’on pourrait aussi déplacer son bureau à l’extérieur : L’air extérieur s’avère de bien meilleure qualité dans la plupart des cas.

AFPRO Filters vous offre une protection maximale contre les particules fines PM1 et les autres types de particules PM2,5 , PM10 grâce à des filtres à faible consommation énergétique et certifiés ISO 16890.

 Les effets des particules fines sur le corps humain

Les régions extérieures de notre système respiratoire sont uniquement atteintes par les particules PM1. Ces particules ont une taille d’environ 0,01 à 1 micromètre. Celles-ci resteront dans le corps suivant leur taille et les parois respiratoires qu’elles auront traversées. Certaines catégories de particules, peuvent pénétrer profondément dans le corps humain. L’infographie suivante montre une représentation graphique de la pénétration des particules suivant leurs tailles.

Un air propre est d’une importance vitale

Lorsque nous respirons, l’air pénètre dans notre bouche, notre nez ou dans la trachée. La trachée conduit l’air jusqu’ aux bronches et est munie d’anneaux cartilagineux qui lui permettent de demeurer ouverte. La trachée  se divise en deux branches, appelées bronches. Aux extrémités de ces bronches, on trouve les alvéoles. Celles-ci transmettent l’oxygène au sang qui apporte de l’oxygène à l’ensemble du corps. Si l’air est pollué, des particules nocives se combinent avec l’oxygène inhalé et pénètrent profondément dans les bronches et enfin dans le flux sanguin. L’inhalation de ces particules peut entrainer des maladies cardiaques et générer des risques graves pour la santé.