La filtration de l’air est d’une importance vitale

L’air est composé de 78 % d’azote, de 21 % d’oxygène et de 1 % de gaz divers et de particules. Ces dernières sont de natures diverses : gaz rares, dioxyde de carbone, particules fines, sels et gaz d’échappement provenant de la circulation routière et de l’industrie. Si ce 1% paraît peu, c’est pourtant suffisant pour déterminer la qualité de l’air intérieur (QAI) et affirmer que l’air que nous respirons est sain ou malsain.

Le fonctionnement d’un filtre peut paraître simple en théorie, mais il s’agit dans la pratique d’un produit d’une extrême complexité. Les fibres du filtre doivent laisser passer suffisamment d’air sans opposer de résistance tout en retenant les particules fines nocives.

La composition de l'air

Les filtres au service des hommes

Chaque jour, l’homme inspire et expire environ 20 kilogrammes d’air. 20 kg est un poids impressionnant, surtout lorsque l’on sait que l’homme absorbe quotidiennement 1,5 kg  de nourriture et 2,5 kg d’eau.Les gens font très attention à ce qu’ils mangent et boivent. Les pouvoirs publics dispensent régulièrement des conseils à ce sujet. Mais la qualité de l’air que nous respirons est tout aussi importante et mérite autant d’attention. Comment les substances et les composants qui s’y trouvent peuvent – ils influencer nos performances et notre santé ? Que fait-on pour améliorer la qualité de l’air que nous respirons ?

Les particules fines affectent la santé

L’impact néfaste des particules fines sur la santé est mis en lumière chaque jour dans les journaux, à la radio ou à la télévision. La pollution de l’air et les particules fines sont devenues un enjeu sanitaire mondial tant elles sont néfastes pour la santé. Les sources de production des particules fines sont multiples : le trafic routier, l’industrie, les moteurs à combustion et la bio-industrie en sont des exemples. Malheureusement, le corps humain est mal armé pour absorber ces particules fines.

Les particules fines les plus grosses – celles d’une taille supérieure à 5 microns – peuvent être filtrées par les filtres humains naturels que sont le nez et la trachée pulmonaire. Mais les plus petites pénètrent profondément dans les poumons et peuvent affecter gravement notre santé. Les enfants, les personnes âgées, ainsi que les sujets atteints d’infections du système respiratoire y sont particulièrement sensibles.

Pour en savoir plus sur la manière de filtrer les particules fines, nous vous invitons à visionner cette vidéo :

 

Syndrome des bâtiments malades ou “Sick Building Syndrom”

La saviez vous ? L’air peut être 7 fois plus pollué à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Malheureusement, nous passons 80% de notre temps en intérieur. De nombreuses infections résultent de la mauvaise qualité d’air à l’intérieur des bâtiments (‘indoor conditions’). C’est également le cas sur le lieu de travail et cela peut engendrer le syndrome des bâtiments malades ou Sick Building Syndrome. Cette maladie s’explique par la présence des particules fines à l’intérieur des bâtiments. Elle se manifeste de diverses manières : problème de concentration, difficultés respiratoires, maux de tête, somnolence, irritation des yeux et de la peau, fatigue.

Le moyen le plus simple pour lutter contre ce syndrome est de protéger les personnes grâce à la filtration de l’air. Une sélection judicieuse des solutions de filtration permet de garantir une bonne qualité d’air intérieur (QAI). Pour chaque situation spécifique, AFPRO Filters vous apportera des solutions pour garantir une bonne qualité d’air intérieur (QAI). Les filtres à air fabriqués par AFPRO Filters sont utilisés dans les immeubles tertiaires, les hôtels, les musées ou les centres de conférence. Pour connaitre l’ensemble de nos applications, cliquez ici 

La filtration de l’air au service des process

Outre la protection des personnes, la filtration de l’air veille au bon fonctionnement des procédés industriels. Suivant la typologie des process, les impératifs de filtration diffèrent. Par ailleurs, bon nombre de nos produits sont utilisés pour les turbines à gaz, dans l’industrie nucléaire, agroalimentaire et pharmaceutique.

Industrie nucléaire

Elle est essentielle à l’approvisionnement énergétique mondial ainsi que dans le secteur de la défense. Les filtres à air ont un rôle déterminant dans les centrales nucléaires, les usines de traitement de l’uranium, les sites de recherches et la gestion des déchets nucléaires. Les filtres à air nucléaires répondent aux impératifs environnementaux les plus sévères en matière de réduction maximale de la pollution radioactive.

Turbines à gaz

La fonction première du filtre, dans un système d’admission d’air,  est de protéger la turbine à gaz et les autres machines rotatives contre les impuretés extérieures. Les particules fines (> 5 µm) peuvent provoquer une érosion. Les plus petites d’entre elles (taille inférieure au micron) encrassent les pales et ont un effet néfaste sur le fonctionnement de la turbine. Pour un rendement optimal, il est impératif de prévoir un système de filtration parfaitement équilibré.

Production de circuits imprimés

Ce secteur industriel implique des impératifs très sévères. En général, les produits sont fabriqués en salle blanche et sont extrêmement sensibles aux influences extérieures. La moindre présence d’impuretés dans l’air, même de taille minime, peut provoquer des pertes énormes lors du processus de fabrication. Les pré-filtres, les filtres fins et les filtres HEPA garantissent une qualité maximale de l’air en salle blanche.

Industrie pharmaceutique

Lors du processus de fabrication, un air de mauvaise peut avoir des conséquences graves. La contamination des produits pharmaceutiques peut influer sur la performance des médicaments.Cette situation représente évidemment un risque sanitaire pour la santé des utilisateurs.